Dimanche 20 juillet

20h, Église Sainte-Eugénie de Saillagouse

“Trios de Beethoven et Shostakovich

Ala Voronkova, violon

Joan Palet, violoncelle

Nicolas Licciardi, piano

 Programme

Ludwig van Beethoven (1770 – 1827)

Le trio VII pour piano et cordes en Si bémol majeur op. 97

  • Allegro moderato
  • Scherzo, Allegro
  • Andante cantabile, pa però com moto
  • Allegro moderato

Dmitri Shostakovich (1906 – 1875)

Deuxième trio pour piano et cordes en Mi mineur op. 67 (1944)

  • Andante
  • Allegro con brio
  • Largo
  • Allegretto

Présentation

LUDWIG VAN BEETHOVEN (1770-1827)   7ème Trio pour piano et cordes en Si bémol majeur op. 97, composé en 1811, sous-titré l’Archiduc, en hommage à Rodolphe d’Autriche, élève et protecteur de Beethoven. Ce chef-d’œuvre de grande dimension comprend quatre mouvements procédant chacun par amplification.

Allegro moderato : bonheur et badinage dans une symétrie entre les trois instruments.

Scherzo :  à l’atmosphère mystérieuse se mêlent des aspects dansants.

Andante cantabile ma pero con moto : l’intensité lyrique de ce mouvement est servie par la densité et l’élan progressif de quatre variations.

Allegro moderato : à un tempo modéré d’un ton léger succède l’exubérance d’un presto échevelé.

DIMITRI CHOSTAKOVITCH (1906-1975)   2ème trio pour piano et cordes en mi mineur op67, composé en 1944 dans le contexte historique des horreurs de la deuxième guerre mondiale, dédié à la mémoire d’un ami très proche. Ce trio de caractère élégiaque comprend quatre mouvements.

Andante- Moderato : introduction lente, telle une passacaille, dans un registre grave, sombre à la façon d’un cantique.

Allegro non troppo : bref scherzo, puissant, compact, haletant, à la conclusion soudaine.

Largo : élégie dramatique selon un rituel liturgique. Le piano plaque une suite d’accords, au-dessus des cordes dialoguant doucement sur six variations.

Allegretto- Adagio : mouvement le plus long. Sur un rythme typique de musique juive s’exprime une « danse des morts ». Le final évoque un monde de désolation.

Ala Voronkova, violon

Ala Voronkova n’est pas qu’une héritière d’une tradition musicale qui unit précision technique musicalité et oreille absolue .Gagnante de nombreux concours internationaux son amour pour son instrument forgea la carrière d’une enfant prodige.Elle obtint son diplôme au conservatoire Chaikovsky de Moscou avec le mythique Yuri Yankelevich ,complétant plus tard son doctorat à l’institut Gniesini avec Nelly Shkolnikova.

Pendant plusieurs saisons elle fut invitée à jouer avec l ‘Orchestre du théatre du Bolshoi où elle fit partie également de l’Orchestre de Chambre

et de l’Ensemble de violonistes du prestigieux théâtre moscovite.En plus de fonder le Trio du Bolshoi et du Quartet Bolshoi ,elle fut plus tard engagée

comme soliste de la Philharmonie de Moscou.Une fois établie à Barcelone  ,elle travaille comme soliste et concertiste associée à l’Orchestre Symphonique de Barcelona et comme concertiste invitée de l’Orchestre Symphonique du grand théatre du Liceu.

Sa venue en Europe en 1991 a achevé la consolidation d’une des carrières de violoniste   parmi les plus prestigieuses ,grâce à la passion qu’elle met dans ses interprétations ,au lyrisme de son phrasé et sa virtuosité qui l’identifie comme une interprète d’exception dans un mélange parfait de talent et d’héritage légitime d’une des écoles de violon de référence.

Éminemment reconnue dans le répertoire Russe ,ses goûts musicaux éclectiques l’ont amenée à expérimenter d’autres esthétiques en interprétant et enregistrant ,par exemple l’œuvre complète pour violon de Xavier Montsalvatge ou Cristobal Halffter.

Parmi de nombreux enregistrements dont on peut détacher ceux de Xavier Turull,E.Granados,Rodrigo,Pomar ou l’intégrale des sonates pour violon et piano de Pavel Juon ,disque de musique Russe « Méditation » un DVD avec les 24 caprices de Paganini (avec le quel elle a effectué une tournée à travers toute l’Europe et l’Amérique Latine) et enfin le CD « Salut d’amour » un récital pour violon et piano qui lui a permis de faire une tournée aux Etats Unis où il faut souligner le concert dans la prestigieuse salle Carnegie Hall de New York ainsi qu’au Concert Hall de Chicago où elle a reçu un très chaleureux accueil du public et de la critique.

De nombreux compositeurs contemporains lui ont dédié leurs œuvres , des pièces que Ala Voronkova a présenté en première « Tapices y Disparates »de Tomás Marco ,Concert pour violon et orchestre de Moisés Bertran , »Sonata pour violon et piano »et « Tiento Trágico » de Garcia Morante.

Actuellement elle alterne une carrière de soliste avec celle d’artiste invitée de divers orchestres symphoniques ,elle fait également partie du Duo Voronkov,du Quartet Glinka et a été la fondatrice de la Camerata Vivaldi.

« Voir Ala Voronkova jouer sur son violon Giao Paolo Maggini (Bresci,1600) est un spectacle de passion ,lyrisme et virtuosité  »

Joan Palet i Valero, violoncelle

Né en 1977 à Barcelone, dans  une famille de musiciens  il a commencé à étudier le violoncelle à l’âge de quatre ans avec Lluís Claret. Plus tard, il rejoint le Conservatoire Supérieur de Musique du Liceu pour étudier avec Peter Thiemann, où il termine ses études  avec d’excellentes qualifications et des prix d’honneur des grades supérieurs et  moyens . Il obtient une bourse de la fondation Pau Casals et de la fondation universitaire Agustí Pedro i Pons prolonge ses études à la Folkwang Hochschule Essen (Allemagne) avec Alexander Hülshoff. Il a suivi  les cours du maître  Leonid Gorokhov et de Steven Isserlis. Plus tard, il complète  ses études avec Cristóforo Pestalozzi, Damià Martínez et étudie le violoncelle baroque avec Mercedes Ruiz.                                                                                                                              En octobre de 2004 et juillet de 2005 il obtient  la place de violoncelliste soliste à l’orchestre de l’Académie du Grand Théâtre de la Grammaire. Depuis 2003, il collabore avec l’orchestre symphonique du Gran Teatre del Liceu, l’orchestre de chambre et l’orchestre symphonique de Barcelone et national de Catalogne. Il a également collaboré avec l’Orchestre de Chambre de Lleida, la Camerata Mediterrània, l’Orchestre Philharmonique de Catalogne, l’Orchestre de Chambre de l’Empordà, Camera Musicae, l’Orchestre Camba de Cerdanyola del Vallès, l’Orchestre Consolat de Mar, Camerata XXI, Terrassa 48 et le GIO Orquesta. Dans le répertoire du violoncelle baroque, il a joué avec les Vespres d’Arnadí, le RCOC, l’Orchestre baroque catalan et Tendre Amour. Il a participé à des représentations théâtrales au Teatre Romea avec “Orfeo to Hell”, dans la grande salle du CNC avec “Le crime de Lord Arthur Saville”, dans la comédie musicale “Fang and Setge” inspirée des événements de 1714 et “In Memoriam La Quinta del Biberón “de Lluís Pasqual au Teatre Lliure. Violoncelliste reconnu , il a récemment  ajouté la contrebasse à son activité professionnelle .

Nicolas Licciardi, piano

Nicolas Licciardi commence le piano à l’âge de 6 ans à Bourg-Madame, poursuit à l’écoleMarguerite Long et au CNR de Toulouse. Il suit des master-classes auprès de de V. Yankoff, F. Clidat, A. Queffelec, J. Rouvier, A. Bacha. Après la médaille d’or, il est admis au Conservatoire National de Musique de Paris dans la classe de G. Pludermacher et C. Désert où il obtient le prix (TB) en 2007. Il se perfectionne auprès de V. Coq, pianiste du trio Wanderer.

Dans le cadre de Jeunes Talents, il donne plusieurs concerts à Paris. Il se produit en soliste et en musique de chambre. Il participe à plusieurs reprises au Festival d’Hix en Cerdagne, joue avec le quatuor Parisii , le violoncelliste X. Phillips, le violoniste Da Min Kim, participe au festival de Prades, et au festival Musikenvignes.

Il accompagne régulièrement la Capella Santa Maria de Puigcerda, la chorale Les Camillères, le Chœur transfrontalier de Cerdagne, la Maîtrise des Petits Cantors et le chœur de l’Opéra d’Andorre.